Sophie Castonguay

Troisième cycle, École des arts visuels et médiatiques, UQAM

L’artiste démiurge

L’art actuel nous donne à voir de plus en plus d’oeuvres interactives, que ce soit par le biais d’installations usant de nouvelles technologies ou par l’usage de stratégies invitant le spectateur à interagir physiquement dans l’oeuvre, l’art d’aujourd’hui sollicite de plus en plus directement le spectateur. Cela soulève un questionnement sur le rôle que joue l’interactivité dans la réception de l’oeuvre d’art et sur les modes d’appréhension qu’elle impose au spectateur. Lorsque l’oeuvre retient ne serait-ce que quelques secondes de plus le regard du spectateur, elle parvient parfois, dans ce mouvement, à susciter un second regard. Cela m’amène à me poser la question suivante: la contrainte qui oblige le spectateur à intervenir dans l’oeuvre favorise t-elle la possibilité d’une rencontre ?